Faire payer les mauvais payeurs

En général, vos clients habituels vous payent toujours à temps, mais il peut arriver que vous soyez confronté à des mauvais payeurs. Cette situation plutôt désagréable touche pourtant 98 % des entreprises et engendre même les faillites de certaines. Néanmoins, sachez qu’il existe des solutions pour vous permettre d’agir contre ces mauvais payeurs et de les faire payer, afin d’éviter votre banqueroute.

Faites un premier pas de relance courtoise

Les mauvais payeurs  sont facilement discernables. Bien qu’ils soient au courant que la date d’échéance pour le paiement est de 30 jours après l’acquisition, par exemple, ils dédaignent toujours le règlement. Dans ce cas, n’ayez pas peur de relancer le client, en l’appelant au téléphone ou en le contactant via mail. Restez toutefois amical et demandez-lui s’il a compris les conditions de paiement, tout en lui annonçant la situation tardive de règlement.

Même si vous devez être courtois, rien ne vous empêche d’être strict mais indulgent. S’il arrive que votre client soit en difficulté financière, il peut vous demander de reporter le paiement. Dans ce cas, ordonnez-lui de vous envoyer une confirmation par écrit et attendez 5 jours pour convenir un nouveau délai.

Entamez une procédure à l’amiable

Si le nouveau délai est dépassé mais que Les mauvais payeurs ne vous payent toujours pas, à la fin des 30 jours légaux, il est maintenant temps d’envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception. Dans ce dernier, vous mettrez votre client en demeure de vous payer, en lui indiquant cette fois-ci, une nouvelle date d’échéance définitive et irrévocable.

Une méthode de mise en demeure comme celle-ci vous permet de demander des intérêts moratoires proportionnels au délai de retard. Ces derniers peuvent d’ailleurs être fixés dans vos conditions générales de vente. Il est à noter que la mise en demeure n’est certes pas obligatoire, mais elle est tout de même efficace pour accélérer la procédure et mettre votre client douteux sous pression. Dans la plupart du temps, cette méthode suffit pour que le litige ne passe pas en justice.

Pour vous aider dans votre démarche, vous pouvez faire appel à un huissier spécialisé ou une agence de recouvrement. Ces spécialistes sont combattifs et vous évitent les allers-retours avec votre client.

Action en justice : votre dernier recours

Les mauvais payeurs peuvent, en dernier recours, être amenés en justice pour les faire payer. En effet, il s’agit d’une dernière alternative, car si vous brûlez toutes les étapes précédentes, vous risquez de détourner votre client et d’irrémédiablement le perdre. Il est également inutile de menacer ce dernier, pour éviter de nuire à l’image de votre entreprise.

Si, après 15 jours de votre mise en demeure, vous n’avez toujours pas de retour du client, vous pouvez dresser une demande d’injonction de payer. Envoyez cette dernière au greffe du Tribunal de commerce compétent pour vous répondre. Généralement, le Tribunal aura 6 mois pour vous recommander un huissier. Il demandera en parallèle au mauvais payeur d’attester qu’il ne fait aucune contestation par rapport à votre démarche. Si votre client ne s’y oppose pas, l’huissier prendra alors votre dossier en main pour réclamer le paiement. Dans le cas contraire, il y aura donc une confrontation devant le juge. Il vous est alors conseillé de vous entourer d’un bon avocat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *