3 critères de référencement pour être bien positionné sur Google

Le référencement est une technique qui est en constante évolution. Si dans les années 2000, la présence du mot-clé dans les balises méta suffit à propulser la page en haut du résultat sur Google. Pour cette année, il faudra tenir compte de quelques critères pour espérer obtenir un bon ranking.

La taille du contenu publié :

Cela peut étonner d’apprendre que le contenu constitue l’un des facteurs les plus déterminants pour le SEO. Avec un contenu d’excellente qualité, la visibilité sur le web est 25 % assurée. Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises s’appuient aux services de l’agence rédaction contenu seo pour être bien référencées. Du côté e-commerce, la création de description produit de qualité est désormais très tendance pour optimiser les taux de conversion sur site.

Cet engouement a toutefois créé des problèmes, car maintenant, 93 % des commerçants B2B ont recours au marketing de contenu rendant la concurrence très rude. Alors, comment assurer que contenu soit capable de sortir du lot ? La technique du contenu long, plus détaillé, et profond a toujours fonctionné. Une longueur supérieure à 2.000 mots serait idéale pour le référencement. Cela va beaucoup se jouer sur la capacité du rédacteur à intéresser le lecteur ; car en général, plus c’est long, plus c’est ennuyeux ! Tant qu’on peut capter l’attention du lecteur jusqu’à la fin de l’article, ce sera parfait.

La valeur ajoutée du contenu :

Google est excellent dans l’évaluation de la qualité des contenus au point de disposer d’un métric capable de mesurer la valeur ajoutée apportée par un texte. Jusqu’à l’heure actuelle, personne ne sait comment arrive-t-il à faire cela ; ni quel outil utilise-t-il. Une chose est sûre, les contenus de faible qualité offrant peu ou pas de valeur ajoutée pour les lecteurs seront très vite déclassés sur le moteur de recherche. Le référencement exploite cette règle pour améliorer la visibilité d’une page ou d’un site sur Google.

Le dernier mis à jour de Google Penguin en 2014 a peut-être révélé une partie sur la façon dont le moteur évalue la valeur ajoutée des articles. Lancé en 2012, ce filtre étudie en effet les fermes de liens et les fermes de contenu qui sont des contenus de faible valeur truffés mots-clés, mais sans grande importance pour les lecteurs. La mesure est sans doute effectuée au niveau du rapport pertinence/taux de rebondissement de la page. Pour le référencement, le contenu idéal serait donc celui qui conjugue bon nombre de mots-clés et très faible taux de rebondissement.

Toujours en analysant le fonctionnement de Penguin, la valeur ajoutée serait aussi évaluée sur la base de l’originalité. Même si le contenu allie mots-clés à la bonne occurrence et taux de rebondissement faible, mais dupliqué, alors, il ne sera pas toujours référencé. L’index de Google préfère attribuer un meilleur classement aux sites qui proposent du contenu pertinent et unique. Jeff Bullas recommande à cet effet de supprimer ou « ajouter la balise “noindex” sur les pages avec un contenu dupliqué ou de faibles qualités.

Positionnement et pertinence des mots-clés :

Google est aussi très attentif à la manière dont les mots-clés sont positionnés dans la page au point de considérer cela parmi ses plus importants critères de référencement. Pour rappel, GoogleBot vérifie soigneusement les mots-clés dans l’URL, dans le corps du texte et dans les balises H1, H2 et H3. Placés à ces endroits, les mots-clés permettent d’indiquer à Google que l’article est résolument axé sur ces mots-clés cibles. Il faut toutefois faire attention, car si le contenu ne correspond pas exactement à ces mots-clés, cela deviendra une pénalité.

Le temps est révolu où Google accordait plus d’attention à la densité des mots-clés. Aujourd’hui, il se focalise davantage sur la pertinence des mots-clés. Alors, que doit-on faire ?

  • Structurer intelligemment la page à l’aide de mots-clés cibles pertinents au sujet.
  • Positionner les mots-clés dans les tout premiers 100 mots ainsi que dans les balises H1/H2/H3 et dans l’URL de la page.
  • Surtout, il ne faut pas oublier d’inclure les principaux mots-clés au début de phrase des balises meta.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *