Il fût un temps où le parquet avait un peu disparu des maisons un peu partout dans le monde, mais avec la tendance du style scandinave et de la résurrection des matériaux naturels depuis quelques années, le parquet a retrouvé sa gloire d’antan. A cela s’ajoutent ses innombrables qualités telles que sa robustesse, sa faible inflammabilité, ainsi que son esthétique qui n’est plus à présenter. Il y a toutefois certains points qu’il faut savoir sur le parquet si vous pensez vous lancer. Les types de parquet Le parquet massif est sans aucun doute le plus vieux de la gamme, avec ses lamelles en bois massif (d’où le nom d’ailleurs) qui sont collées entre elles avec un système de languettes et rainures. Sa pose reste toutefois complexe et les prix sont plus élevés comparés à ses compères, de quoi effrayer plus d’un, ce qui ne devrait pas puisque sa longévité est nettement supérieure aux autres types de parquets. Quant au parquet contrecollé, il est composé de trois couches : la couche de parement, la couche supérieure, qui renferme l’essence de bois, généralement des bois nobles. Plus cette couche est épaisse, plus vous avez de possibilités de rénover votre parquet, pourquoi ? Tout simplement parce qu’un simple passage de ponceuse peut réduire l’épaisseur de 2mm environ. La seconde couche, l’âme, est composée d’un bois tendre qui a pour vocation d’absorber les chocs. La dernière couche, celle qui est près du sol, est en fibre haute densité. Toujours dans la rangée des différents types de parquet, le parquet stratifié est un parquet synthétique, reconnaissable par son aspect laqué. La couche de résine qui le recouvre rend le parquet stratifié ultra résistant malgré sa fine épaisseur. Et la pose ? Certes, vous pouvez vous-même faire la pose de votre parquet, mais il est toujours conseillé de vous tourner vers un professionnel tel que lebonparqueteur puisque la pose est différente suivant le type de parquet que vous avez choisi. En effet, la pose se fait en plusieurs étapes qu’il ne faut en cas brouiller. La première étape consiste à préparer le support, le nettoyer, le lisser, vérifier son taux d’humidité (pour les dalles béton). Pour les parquets massifs ou contrecollés, la pose clouée est la plus adaptée. Ce système consiste à clouer les lames sur des pièces de bois collées aux dalles de béton. Il a l’avantage d’être plus résistant et surtout de permettre une bonne isolation tant phonique que thermique. Quant à la pose collée, elle s’utilise plus avec les planchers chauffants, et consiste à coller les lames sur leurs supports. Pour les budgets limités, la pose flottante est la moins onéreuse et convient à tous les supports. Elle consiste à coller les lames entre elles et placer par-dessus une couche d’isolant. Combien tout cela va-t-il coûter ? Difficile de donner un coût exact puisqu’il peut varier en fonction du parqueteur, mais aussi de l’espace à couvrir, du matériau utilisé, la technique de pose à utiliser. Mais sachez toutefois que pour un parquet en bois massif, les prix oscilleront entre 50 et 150 euros le m², entre 35 et 135 euros/m² pour un parquet flottant et 5 et 50 euros/m² pour un parquet stratifié. Il en est autre chose pour les tarifs de la pose. Pour une pose clouée, il faut compter entre 30 et 40 euros/m², 25 et 35euros/m² pour une pose clouée et 20 à 25 euros/m² pour une pose flottante.

Revêtement de sol : tout sur le parquet

Il fût un temps où le parquet avait un peu disparu des maisons un peu partout dans le monde, mais  avec la tendance du  style scandinave et de la résurrection des matériaux naturels depuis quelques années, le parquet a retrouvé sa gloire d’antan.  A cela s’ajoutent  ses innombrables qualités telles que sa robustesse, sa faible inflammabilité, ainsi que son esthétique qui n’est plus à présenter. Il y a toutefois certains points qu’il faut savoir sur le parquet si vous pensez vous lancer.

Les types de parquet

Le parquet massif est sans aucun  doute le plus vieux de la gamme, avec ses lamelles en bois massif (d’où le nom d’ailleurs) qui sont collées entre elles avec un système de languettes et rainures.  Sa pose reste toutefois complexe et les prix sont plus élevés comparés  à ses compères, de quoi effrayer plus d’un,  ce qui ne devrait pas puisque sa longévité est nettement supérieure aux autres types de parquets. Quant au parquet contrecollé, il est composé de trois couches : la couche de parement, la couche supérieure, qui renferme l’essence de bois, généralement des bois nobles. Plus cette couche est épaisse, plus vous avez de possibilités de rénover votre parquet, pourquoi ? Tout simplement parce qu’un simple passage de ponceuse peut réduire l’épaisseur de  2mm environ. La seconde couche, l’âme, est composée d’un bois tendre qui a pour vocation d’absorber les chocs.  La dernière couche, celle qui est près du sol, est en fibre haute densité. Toujours dans la rangée des différents types de parquet, le parquet stratifié est un parquet synthétique, reconnaissable par son aspect laqué. La couche de résine qui le recouvre rend le parquet stratifié ultra résistant malgré sa fine épaisseur.

Et la pose ?

Certes, vous pouvez vous-même faire la pose de votre parquet, mais il est toujours conseillé de vous tourner vers un professionnel tel que lebonparqueteur  puisque la pose est différente suivant le type de parquet que vous avez choisi. En effet, la pose se fait en plusieurs étapes qu’il ne faut en cas brouiller. La première étape consiste à préparer le support, le nettoyer, le lisser, vérifier son taux d’humidité (pour les dalles béton). Pour les parquets massifs ou contrecollés, la pose clouée est la plus adaptée. Ce système consiste à clouer les lames sur des pièces de bois collées aux dalles de béton. Il a l’avantage d’être plus résistant et surtout de permettre une bonne isolation tant phonique que thermique. Quant à la pose collée, elle s’utilise plus avec les planchers chauffants, et consiste à coller les  lames sur leurs supports. Pour les budgets limités, la pose  flottante est la moins onéreuse et convient à tous les supports. Elle consiste à coller les lames entre elles et placer par-dessus une couche d’isolant.

Combien tout cela va-t-il coûter ?

Difficile de donner un coût exact puisqu’il peut varier en fonction du parqueteur, mais aussi de l’espace à couvrir, du matériau utilisé, la technique de pose à utiliser. Mais sachez toutefois que pour un parquet en bois massif, les prix oscilleront entre 50 et 150 euros le m², entre 35 et 135 euros/m² pour un parquet flottant et  5 et 50 euros/m² pour un parquet stratifié. Il en est autre chose pour les tarifs de la pose. Pour une pose clouée, il faut compter entre 30 et 40 euros/m², 25 et 35euros/m² pour une pose clouée et 20 à 25 euros/m² pour une pose flottante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *