Au moins deux morts à Bamenda dans le Nord-Ouest alors que les séparatistes bloquent la route à l’entrée de la ville

Un groupe de séparatistes anglophones “ambazoniens” s’est positionné samedi dernier à l’entrée de la capitale du Nord-Ouest en bloquant le passage de tous les véhicules sur la route menant à la ville de Santa, sur la nationale 6, particulièrement utilisé le week-end. L’armée camerounaise a dû intervenir et affronter la milice.

Aucun habitant n’a pu sortir ou pénétrer dans Bamenda à partir de 22h, moment où l’attaque a débuté, jusqu’au lendemain dimanche. Des groupes indépendantistes ont attaqué la base d’une entreprise de construction de routes à Akum, une localité située à proximité de Bamenda. Sur place, ils ont pris le contrôle d’une pelleteuse qui a causé de nombreux dégâts.

La séquestration des habitants

Ils ont procédé à la séquestration des habitants de la ville en bloquant la route à l’aide de la pelleteuse qui y a creusé une tranchée, puis détruisant par la suite cinq bus de 70 places de l’agence de voyage Amour Mezam, pour une valeur de 900 millions de Francs CFA selon l’un des responsables de l’entreprise.

On suppose que ces destructions seraient en représailles contre Amour Mezam. En effet, les séparatistes soupçonnent la société de tourisme d’utiliser ses cars afin de transporter les troupes des forces armées camerounaises dans les régions anglophones du Cameroun.

La pelleteuse a été par la suite incendiée sur place.

Cela a créé une forte perturbation sur la route car tous les bus de nuit ne pouvaient plus se déplacer et ont été obligés de s’arrêter. Les hommes armés ont ensuite pris le contrôle de tous les véhicules alignés et les arrêtaient systématiquement de part et d’autre et exigeaient que tous les passagers se présentent afin de pouvoir détruire leur carte nationale d’identité.

La signature d’un arrêté d’interdiction de circulation des biens et des personnes sur la zone

Le gouverneur de la région a en conséquence signé un arrêté afin d’interdire la circulation des biens et des personnes sur la zone entre 18h et 6h.

Ces violences ont entraîné la mort de deux personnes à Bamenda. Les hommes ayant succombé à des blessures par balle sont Nfoingwe Timothy, 36 ans, et un chauffeur d’un bus Amour Mezam, selon des sources militaires.

Les militaires sont finalement arrivés sur les lieux à l’aube. Des travaux ont été immédiatement lancés dans la partie creusée de la route pour permettre un retour à la normale des activités de transport qui a été rétablie quelques heures après la fin des combats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *