Comment fonctionne l’alimentation en eau ?

Comment fonctionne l’alimentation en eau ?

Les réseaux sanitaires d’alimentation et d’évacuation constituent ce qu’il est convenu d’appeler l’installation “de plomberie” de la maison. Ce terme, issu d’une époque où le plomb était le métal le plus utilisé pour les canalisations est toujours d’actualité bien que ces dernières soient aujourd’hui en métal (acier et cuivre) et en plastique (PVC et PER).

 

Le fonctionnement

 

Rares sont aujourd’hui les particuliers qui ne bénéficient pas d’une adduction d’eau publique et qui doivent s’approvisionner par un puits, un forage profond ou même une source. Si jamais c’est votre cas, il est important de noter que l’utilisation d’eau prélevée dans le milieu naturel à l’usage personnel d’une famille est soumise à déclaration sanitaire auprès de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales). Le dossier de déclaration doit contenir :

      – les caractéristiques du forage, c’est-à-dire le débit, la profondeur, etc…

       – les résultats d’une analyse de l’eau faite par un laboratoire agréé pour les analyses d’eau destinée à la consommation quotidienne.

 

L’eau est généralement fournie par une régie municipale ou une compagnie délégataire auprès de laquelle vous avez souscrit un abonnement, comprenant un coût de raccordement et une tarification des mètres cubes consommés, avec parfois un forfait minimum.

Le réseau de distribution public est relié à chaque abonné par une tuyauterie aboutissant à un robinet d’amont, juste avant le compteur. Ce robinet doit rester accessible aux agents de la compagnie de distribution.

Vous pouvez trouver plus de renseignements sur la plomberie et l’eau de votre domicile sur ce site.  

 

L’eau potable en France

 

Aujourd’hui, à l’échelle nationale, plus de 30 000 captages (dispositifs de prélèvement de l’eau potable) produisent chaque jour 18,5 millions de mètres cube d’eau. 95% de ces 33 000 captages d’alimentation en eau potable puisent dans les eaux souterraines, ce qui correspond à ¾ des volumes exploités. Cependant, on observe une forte disparité géographique et ce surtout dans les zones montagneuses où plus de 1500 captages sont comptés par département. Quant aux zones de forte densité urbaine, le nombre de captages y est relativement faible, à cause du manque d’espace et dans un soucis pratique.

 

Pour ce qui est de la répartition, 95% des captages sont de petite taille et produisent environ 2000 m3 par jour et la moitié d’entre eux ne délivre que 2% de l’ensemble de la production.

Les captages de grande taille, moins nombreux, assurent cependant une grande partie de la production. En effet, moins de 3% des captages produisent la moitié des débits nécessaires à la production d’eau potable. Les captages de petites tailles, quant à eux, sollicitent généralement les nappes d’eau souterraines.


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *