Le marché de l’art : état des lieux des galeries d’art

Au milieu de l’effondrement des méthodes traditionnelles de vente d’art, il est plus crucial que jamais de gérer son propre site Web de galerie d’art ainsi sa propre galerie. Et si je vous disais que de nombreux artistes et galeristes appliquent aujourd’hui une stratégie commerciale spécifique qui leur permet de gagner des millions d’euros – chaque année – de leur art et de la vente des arts ?  Et si je vous disais en outre que certains de ses artistes ne sont pas célèbres et qu’ils ne vendent même pas leurs œuvres sur des sites Web de galeries en ligne ? Je suppose que vous ne le croiriez pas.

Vous pourriez même appeler cela un non-sens

Cela n’est jamais arrivé dans l’industrie de l’art auparavant, comment cela pourrait-il se passer maintenant ? Eh bien, cela se produit et une fois que vous avez compris le concept, vous comprendrez pourquoi : la technologie et Internet ont perturbé tous les secteurs de la planète.

La manière traditionnelle de vendre de l’art

Pendant des décennies, artistes et photographes ont suivi la méthode « traditionnelle » de vendre de l’art. Cela inclut d’essayer de vendre par le biais de galeries d’art (que ce soit hors ligne ou maintenant en ligne), d’essayer de vous faire représenter par des éditeurs ainsi que d’exposer à des foires d’art locales. En règle générale, un artiste aurait un site Web de portefeuille pour sauvegarder cette stratégie, servant de carte de visite en ligne.

Outre les foires d’art, cette façon traditionnelle de vendre de l’art consiste essentiellement à amener d’autres personnes à vous commercialiser et à vendre votre art pour vous. En d’autres termes, c’est une manière « indirecte » de vendre de l’art.  C’est là que vous comptez sur les autres. Où vous êtes à la merci des autres.

La manière traditionnelle de vendre de l’art est extrêmement difficile et n’a qu’un nombre limité d’histoires de réussite à montrer. Même lorsque vous soulevez le capot, beaucoup de personnes considérées comme « réussies » ne font que « se débrouiller ».

Ceux qui ont réussi à s’épanouir avec la méthode traditionnelle sont assez rares. Nombre d’entre eux ont ensuite ouvert leur propre galerie d’art physique dans leur ville d’origine et certains l’ont fait dans le monde entier. C’est le cas du galeriste français Pascal Robaglia. La réalité est que la manière traditionnelle de vendre de l’art a été une lutte pour la plupart. Cela a abouti au problème de l’artiste affamé qui est si largement connu aujourd’hui.

Le marché a changé

La manière traditionnelle de vendre de l’art est où le marché était. Ce n’est plus où il se trouve. De plus en plus de galeries d’art ferment chaque jour. Une simple recherche sur Google de « galeries d’art » sur Google révélera des centaines de pages d’articles sur de plus en plus de galeries d’art physiques fermant partout. Les éditeurs d’art ont connu une forte baisse de leur chiffre d’affaires et nombre d’entre elles sont en faillite ou le seront bientôt. Pendant ce temps, le marché de l’art en ligne a explosé.  La question qui se pose que devons faire pour garantir la continuité des galeries d’art dans notre monde numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *